Gezant Constantinopel Van der Does de Willebois aan minister van BZ Loudon

Gezantschap der Nederlanden

Pera, 4 September 1915
[gestempeld met: Exh: 9 Oct. 1915, Kabt. No. 9, heeft op o.a. gestaan 11 October 1915, heeft gecirculeerd bij H.M. Ministers]

Nº 919/304

Armenische gruwelen.

Vertrouwelijk

Zijner Excellentie den Minister van Buitenlandsche Zaken te 's-Gravenhage.

In verband met hetgeen in mijn bericht van 1 dezer No. 914/302 omtrent de Armenische gruwelen vermeld staat heb ik de eer Uwer Excellentie hiernevens vertrouwelijk aan te bieden het laatste Memorandum der Duitsche Ambassade in deze, dat op 9 Augustus j.l. door Prins Hohenlohe aan den Groot-Vizier werd overhandigd. M.i. kon deze nota op zich zelf genomen niet veel er toe bijdragen om de Turksche Regeering van verdere gruweldaden te doen afzien en moest zij haar den indruk geven, dat het er der Ambassade slechts om te doen was zich tegen alle verantwoordelijkheid te vrijwaren. Anderzijds moet ik bekennen, dat ik niet inzie hoe eene nota zoude zijn moeten gesteld geweest, die het gewenschte doel zoude hebben ten gevolge gehad zonder ernstig gevaar voor een breuk met Turkije. Ik geloof veel eerder, dat onder de bestaande omstandigheden geene demarche, van welken aard dan ook, tot dat doel zoude hebben gevoerd.

Wat het door Baron von Wangenheim op 4 juli j.l. overhandigd memorandum betreft, zoo werd de hoofdinhoud daarvan in het kort wedergegeven in mijn bericht van 15 d.o.v. No. 769/257. In dat Memorandum werd ook nog gewezen op den slechten indruk dien de vervolgingen der Armeniers in de neutrale landen, vooral ook in Amerika zouden teweeg brengen.

Ik voeg nog hierbij eenige nadere inlichtingen op gisteren door den eersten Drogman bij den Orthodox-Armenischen Patriarch ingewonnen.

De Gezant,

Van der Does de Willebois

[Duits] Memorandum.

Par son memorandum du 4 Juillet l'Ambassade d'Allemagne a eu l'honneur de faire connaître à la Sublime Porte la manière de voir du Gouvernement Impérial Allemani au sujet de l'expatriation des habitants Arméniens de provinces Anatoliennes, et d'attirer son attention sur le fait que cette mesure avait été accompagnée en plusieurs endroite par des actes de violence, tels que massacres et pillages qui ne pouvaient pas être justifiés par le but que le Gouvernement Impérial Ottoman poursuivait.

L'Ambassade d'Allemagne regrette de devoir constater que, d'après les renseignements qu'elle a reçus depuis lors de sources impartiales et dignes de foi les incident de ce genre, au lieu d'être empêchés par les autorités locales, ont regulièrement suivi l'expulsion les Arméniens de sorte que la plupart d'eux ont péri avant même d'arriver au lieu de leur destination. Ce sont surtout les provinces de Trébizonde, de Diarbékir et d'Erzéroum d'où ces faits sont signalés, en certains endroits, comme à Mardine, tous les Chrétiens sans distinction de race ou de confession ont subi le même sort.

En même temps le Gouvernement Impérial Ottoman a cru devoir étendre la mesure d'expatriation aux autres provinces le l'Asie Mineure et tout dernièrement les villages Arméniens du district de Izmit à proximité de la capitale ont été évacués de leurs habitants dans des conditions pareilles.

En présence de ces évènements l'Ambassade d'Allemagne par ordre de son Gouvernement est obligé de remontrer encore une fois contre ces actes d'horreur, et de décliner toute responsabilité des conséquences qui en pourraient résulter. Elle se voit forcée à attirer l'attention du Gouvernement Ottoman sur ce point d'autant plus que l'opinion publique est déjà portée à croire que l'Allemagne en sa qualité de pussance amie et alliée de la Turquis aurait approuvé ou même inspiré ces actions de violence.

Péra, le 9.8.15.

[bijlage Orthodox-Armeense Patriarch]

Les horreurs qui ont été commises dans les provinces habitées par les Arméniens dépassent toute imagination. Presque toute la population arménienne de ces provinces a été expulsée dans les villes éloignées comme Mossoul, Zor, Hama, Homs & Damas. En route les hommes avant d'arriver à leur destination, ont été tués et pillés par la police ou par les bandes. Les filles ont été violées, les femmes et les enfants privés de tout soutien, ont du embrasser l'islamisme ou sont morts de faim et de misère.

Cesarée.
Cette ville a été complètement évacuée. Les habitants arméniens ont du abandonner leurs foyers et leurs biens ne pouvant emporter que seulement 300 piastres. Deux évêques, plusieurs prêtres et 80 personnes ont été pendus et leurs parents étaient obligés d'enlever les corps des pendus.

Harpout.
Les notables et les soldats arméniens ont été expulsés à Diarbékir et avant leur arrivée ils ont été tués. Les femmes et les filles ont subi les derniers outrages. La femme du professeur Tufenkdjian, du collège arménien, a été ravie par le Kaimakam de Harpout. Les femmes converties à l'islamisme ont été immédiatement mariées à des musulmans.

Ourfa.
L'évêque et 86 notables arméniens ont été massacrés.

Angora.
Cette ville a beaucoup souffert. Dix prêtres arméniens-catholiques et 17 employés arméniens du Chémin de fer ont été tués. Le Vali a été rappelé à Constantinople.

Diarbékir.
L'évêque et 44 hommes sont morts à force d'être battus.

Bitlis.
Tous les villages ont été brulés et ruinés et la population massacrée dans les environs de la plaine de Mouch .

Merdine.
L'évêque arménien-catholique Maloyan, les prêtres et la population en majeure partie catholique, ont été tués.

Malatia.
Tous les hommes ont été envoyés à Sivas. Sur les chemins de Malatia on rencontrait les cadavres des enfants et des femmes massacrés, ces dernières ayant le corps nu.

Marash.
Le seminaire et les couvents ont été occupés par les Turcs. L'évêque, 4 prêtres et diacres ont été tués et le produit de la vente des biens sequestré.

Baibourt.
Les hommes ont été tués et les femmes converties à l'islamisme et leurs biens pillés. Sur la route d'Erzinghian les enfants étaient jetés dans l'Euphrate. Mademoiselle Wendel Yarlsberg, sujette norvégienne, et une dame allemande qui étaient des gardes-malades à Erzinghian ont été tellement écoeurées de ces horreurs, qu'elles ont donné leur démission et sont rentrées dans leur pays.

A l'occasion de l'anniversaire de la naissance du Sultan, le Patriarche arménien a soumis à Sa Majesté une supplique pour qu'un terme soit mis à la persécution des Arméniens.

Depuis deux jours on remarque une certaine détente contre ces persécutions, détente que l'on attribue probablement aux démarches faites par les Ambassadeurs d'Allemagne et d'Amérique ainsi qu'à celles faites personellement par Monseigneur Zaven auprès du Cheikh-ul-Islam, d'Enver Pacha, de Talaat Bey et d'Ibrahim Bey, Ministre de la Justice.

Demain la Patriarche arménien fors une nouvelle démarche suprès du Grand-Vizir.

Le 3 septembre 1915.

Bron: Nationaal Archief, Den Haag, Ministerie van Buitenlandse Zaken: Kabinet en Protocol, 1871 - 1940, nummer toegang 2.05.18, inventarisnummer 47/110.

Colofon